Colloque de clôture, 30-31 mai et 1er juin 2018

Le colloque de clôture du programme TEDS s’est tenu à l’université de Nantes les 30, 31 mai et 1er juin dernier.

Trouvez ici les présentations faites en sessions plénières (cliquez sur les intitulés pour ouvrir les présentations) :

Plénière 1  «  La construction d’une politique publique de lutte contre le décrochage scolaire »

Plénière 2    « Risques de décrochage, expériences des jeunes et raccrochage en formation »

Introduction par Mme Najat Vallaud-Belkacem

Pierre-Yves Bernard et Christophe Michaut (CREN, université de Nantes): Le décrochage scolaire : une expérience genrée.

Joël Zaffran (Centre Émile Durkheim, Bordeaux) : Inégalités sociales, inégalités de genre et conditions réelles du raccrochage des jeunes sans diplôme.

Les ateliers ont rassemblé plus de  60 chercheurs sur trois thématiques :

Les jeunes en situation de décrochage scolaire

Jérémie Scellos, Catherine Blatier (LIP/PC2S, université Grenoble Alpes). Les conduites déviantes et les difficultés d’adaptation sociale : des facteurs de risque qui dépassent le cadre scolaire dans la prévention des situations de décrochage scolaire des mineurs non incarcérés suivis en protection judiciaire de la jeunesse.

Lucie Mougenot, Julien Monotte, Thomas Venet (CAREF, université de Picardie Jules Verne). Echec scolaire en Picardie : le sentiment d’efficacité des élèves au collège.

Kristel Tardif-Grenier (Université du Québec en Outaouais), Isabelle Archambault (Université de Montréal). Implication parentale et engagement scolaire au primaire : différences en fonction de la région de naissance du parent.

Annie Malo (université de Montréal). Le rapport au savoir d’élèves finissants au secondaire : que veut dire « réussir à l’école » ?

Habibatou Doumbia (CESOL). Les pratiques éducatives familiales et le décrochage scolaire des filles au Mali.

Karine Gaujour, Sondek Zarrouk (LISEC, université de Haute Alsace). L’ennui en classe et le décrochage scolaire.

Gérald Houdeville, Charles Suaud (CENS, université de Nantes). Décrocher puis servir : l’hétérogénéité des parcours d’engagement de décrocheurs en service civique.

Antoine Querrec (CETCOPRA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Quand l’école s’arrête, diverses manières d’accueillir l’événement de déscolarisation. Analyse des récits de jeunes adultes ayant connu une expérience de décrochage scolaire.

Ariane Baye, Christian Monseur (Département Education et Formation, université de Liège). L’absentéisme des élèves de 15 ans ? Spécificités françaises et tendances internationales.

Véronique Hébrard (CREN, université de Nantes). Un dispositif de prévention du décrochage des “nouveaux étudiants” issus de la voie professionnelle.

Eric Richard (campus Notre Dame de Foy, Québec). Mobilité et abandon des études : le cas des cégépiens québécois.

Aude Villatte (université du Québec en Ouataouais). Quelle contribution des variables psychologiques dans l’explication du décrochage au post-secondaire.

Pratiques pédagogiques et accompagnement des jeunes en décrochage

Cécile François, Patrice Bourdon (CREN, université de Nantes).Vers une (re)mobilisation dans les apprentissages. Que disent les jeunes de la MLDS (Mission de lutte contre le décrochage scolaire) du sens de l’accompagnement.

Amel Ftita (DISEMEF/ECOTIDI, université de Tunis ). Améliorer la lutte contre l’échec en FLE pris pour facteur aggravant le décrochage scolaire en Tunisie. L’exploitation des erreurs lexicales intra-linguales et interlinguales.

Jean-Pierre Decroix, Lucie Petit (CIREL-TRIGONE, université de Lille 1). Enseigner pour apprendre, une expérimentation pédagogique à l’E2C.

Pauline Sabuco (LEST, Aix-Marseille université). Le choix de l’Approche Par Compétences comme moyen pédagogique de reconnaissance des acquis des publics dits “décrochés. Le cas des Ecoles de la 2e chance.

Julien Garric (ADEF, Aix-Marseille université). Travail relationnel des enseignants et prévention du décrochage.

Alexie Robert, Pascale Rouaud (CEREQ, Marseille). En France, des pratiques de prévention du décrochage scolaire liées aux caractéristiques individuelles des professionnels de l’éducation mais également à celles des établissements scolaires.

Politiques de lutte contre le décrochage : partenariat, formation et dispositifs

Marie-Pierre Mackiewicz, Benjamin Denecheau, Perrine Robin (LIRTES, université Paris-Est). Soutenir la scolarité d’enfants en protection de l’enfance.

Geneviève Mottet (FPSE, université de Genève). Le décrochage scolaire et la radicalisation : des préoccupations imbriquées au coeur du partenariat “école, travail social et police”.

Edith Guilley, Amaranta Cecchini, Verena Jendoubi (Service de la recherche en éducation, Genève). Discours institutionnel et adhésion des acteurs dans la mise en oeuvre d’une politique de lutte contre le décrochage : la formation obligatoire jusqu’à 18 ans à Genève.

Thierry Berthet (LEST, Aix-Marseille université), Pierre Doray (CIRST, université du Québec à Montréal). Les voies de la qualification : L’expérience québécoise en matière de raccrochage scolaire.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.